vendredi 28 avril 2017

Réflexions sur la beauté

Qu'est-ce que la beauté?

Même si on dit qu'elle est relative et que les critères en sont différents selon le pays et l'époque, force est de reconnaître que partout et de tout temps il y a eu des gens beaux et d'autres qui l'étaient moins.

Et que la beauté est et fut toujours un facteur discriminant, qui hiérarchise, aide ou handicape.

Dans n’importe quelle collectivité, les beaux exercent une sorte d’attraction sur les autres, qui cherchent spontanément leur compagnie et/ou leurs faveurs.

Et a contrario, les gens au physique plus ingrat sont plus facilement isolés, mis à l’écart et ostracisés.

C’est assez flagrant lorsqu’on regarde une cour d’école, une colo ou n’importe quel groupe de jeunes : la hiérarchie y est aussi nette que cruelle.

Force est aussi de constater que les gens se fréquentent également selon ce critère, plus ou moins inconsciemment. Avec l’origine sociale, la religion ou la politique, la beauté fait partie des facteurs de regroupement.

Être beau ouvre indéniablement des portes. Par défaut, on est plus indulgent avec eux, plus enclin à la sympathie, on cherche à leur plaire, avec ou sans sous-entendus de séduction.

Je me souviens, lorsque j'étais étudiant, de m’être trouvé à travailler avec un fumiste je-m’en-foutiste insupportable, mais doté d’un physique d’Apollon: son sourire lumineux faisait passer nombre d'écarts qu'on n'aurait pas pardonnés à d'autres.

Plus tard, lors d'une mission professionnelle, il y eut aussi cette jeune Irlandaise, jolie blonde aux yeux bleus à qui tout le monde avait proposé de l’aide à son arrivée dans mon équipe. A côté d’elle une collègue plus ronde et au visage moins avenant avait dû se débrouiller seule.

On peut multiplier ces exemples, qu’on a tous à l’esprit, surtout quand on ne fait pas partie des beaux.

Pire encore, la beauté peut être associée à la vertu et la gentillesse, et la laideur au vice et à la méchanceté.

C'est flagrant dans les contes et les romans d'amour type Barbara Cartland, où l'héroïne est belle et la méchante laide.

Et il fut même un temps où l'on liait laideur physique et morale, affirmant qu'on pouvait voir les penchants criminels d'une personne en regardant son visage (théorie débile, bien sûr, comme l'illustra le cas du serial killer Ted Bundy).

La beauté peut pourtant être également difficile à vivre.

Être trop beau peut intimider, voire susciter l'hostilité, et les personnes très belles sont aussi souvent systématiquement résumées à ça.

Par exemple les réussites d'une femme intelligente et compétente seront souvent attribuées à des passe-droits et du favoritisme si en plus elle est belle.

Les rapports du beau avec les autres sont également faussés par l’attirance, toute marque de sympathie pouvant cacher un désir inavoué.

Il est clair en tout cas que, comme la richesse ou la force, la beauté est une donnée très importante dans les relations humaines et qu'elle fait partie de ce qui définit la place d'une personne dans la société.

Néanmoins il reste difficile de définir clairement ce qu’est la beauté.

Est-ce l'harmonie, la régularité, la jeunesse, la santé? Est-ce le corps, le visage, le maintien, l’attitude ? Quelle est la part de la mise en valeur (maquillage, vêtements…), la part de la nature, la part de l'attitude ?

Les canons de la beauté ont varié et varient encore.

Beaucoup de femmes d'aujourd'hui se plaignent du modèle unique incarné par la femme blanche occidentale.

Mais je ne suis pas convaincu qu’il soit si universel que ça, et qui regarde sans filtre peut trouver de la beauté sur n’importe quel type de physique.

Le métro est un excellent endroit pour vérifier ça, offrant le spectacle des mille et un exemplaires des types de beauté qu'il existe.

La photographe roumaine Mihaela Noroc (dont le nom signifie « chance ») a eu l’étrange et excellente idée de se lancer dans une sorte de tour du monde de la beauté.

Allant de pays en pays, elle y rencontre des femmes qu'elle convainc de poser pour elle dans les vêtements de leur choix.

De ces photos elle a fait un site qui montre de magnifiques exemples de ce mystère qu’est la beauté, si injuste et si fascinante.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire