samedi 14 septembre 2013

Extrême-droite: de la suprématie au repli

L'autre jour je suis tombé sur cet article. Le sujet était suffisamment intrigant pour que je lise, et le contenu m'a semblé proprement délirant: cette adhésion d'un ponte du Ku Klux Klan à la NAACP semblait une blague.

Une fois passée la stupeur, cette nouvelle n'est pas si surprenante. Elle confirme en effet le changement profond qui a lieu dans l'extrême droit occidentale: si celle-ci est en plein renouveau, la lecture du monde qu'elle propose est désormais basée sur le repli.

Le discours dominant est le souhait de garder ses valeurs, sa couleur, ses origines, ses traditions. On refuse le mélange corrupteur, on dit respecter l'autre dans sa différence, justement en voulant rester différent de lui, et que lui-même reste dans son espace historique ou celui qu'on lui a assigné.

Le projet de l'homme du Ku Klux Klan qui postule à la NAACP est exactement de cet ordre: il souhaite des états purement blancs où les noirs n'auraient pas le droit de s'établir, et il est prêt pour cela à leur céder une portion raisonnable du pays, y compris des endroits où vivent actuellement des blancs, et à participer financièrement aux activités du groupe.

Ce discours est assez nouveau. Il faut bien se souvenir que le Ku Klux Klan avait pour but et raison d'être la suprématie blanche, la domination de cette race sur les autres, noires bien sur, mais aussi indienne et latino.

Il y avait une volonté de domination, un sentiment de supériorité intrinsèque.

On a pu retrouver cet aspect dans le fascisme, évidemment dans le nazisme, et dans tous les mouvements de l'extrême droite historique européenne, dont l'apogée puis l'effondrement furent les années 40.

Aujourd'hui l'extrême droite est en pleine résurgence dans différents pays occidentaux, mais tous les mouvements semblent adopter la même ligne, celle de la préservation plutôt que l'expansion, celle d'un apartheid mutuel plutôt que l'anéantissement des ennemis.

Qu'est-ce que cela peut signifier?

Est-ce le constat que l'on vit dans un monde de moins en moins blanc et de plus en plus multipolaire, et que ces gens l'ont intégré?

Est-ce une prise de conscience que les rapports de force ont changé et qu'on ne peut plus raisonnablement (si on peut dire) penser dominer la planète?

Ou n'est-ce qu'une censure prudente vis-à-vis d'idées que la Seconde Guerre Mondiale ont mis définitivement sur le banc d'infamie?

Quelle(s) que soi(en)t la/les réponse(s), c'est bien un changement marquant de ces dernières années et un virage essentiel pour ces mouvements.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire